Stop Playing Politics with the Canadian Creative Sector and Bill C-10

Advocacy, S.A.C. News

On June 4th, 2021, The Lethbridge Herald published remarks by Lethbridge MP and Official Opposition Critic for Digital Government, Rachael Harder. Ms. Harder’s comments have rightly received widespread condemnation from the Canadian creator community. The Songwriters Association of Canada shares this outrage and demands that Ms. Harder publicly apologize in the House of Commons and specifically to the creator community.

Ms. Harder states in the article:

“That arts fund actually goes toward a very niche group of artists that are stuck in the early 1990s because they haven’t managed to be competitive on new platforms. So they are very reliant on government grants in order to continue to exist. And, quite frankly, they are producing material that Canadians just don’t want. Because, at the end of the day, if Canadians did want it then there would be a market for it. And if there was a market for it then these artists would get paid based on the market.”

If one were to follow Ms. Harder’s preposterous logic, it stands to reason that Canadians would rather not listen to Jann Arden, Corb Lund, Paul Brandt, K.D. Lang, Terri Clark, Brett Kissel, Blue Rodeo, The Tragically Hip, Drake, The Weeknd, Daniel Caesar, Metric, Feist, Broken Social Scene, Buffy Sainte-Marie, Jessie Reyez, Jully Black, Marie-Mai, Dumas, Kaytranada, or Tanya Tagaq to name only a small few. Obviously, this is hardly a “niche group”. Without exception, Canadian content regulations have fostered, promoted, and supported the incredible creative contribution that these and so many others have given towards our cultural identity as Canadians, not to mention our economy and to the world.

The article goes on with:

“The Liberals decided back in April they were going to remove that (4.1) clause,” says Harder. “When they removed that clause, they then made Canadians, their individual content they are posting online, they made that content susceptible to regulations of the bill. Which means their content will be censored. What you post on YouTube, what you post on Facebook, what you post on TikTok, will be measured according to its degree of ‘Canadianess.’ And then it will either be allowed to stand or not allowed to stand, or it will be promoted or demoted, within the network or framework of the platform on which it is posted.”

This is patently false as well as a gross mischaracterization of the spirit and intent of the legislation. Apparatuses are already in place to determine what is Canadian content. For the music sector it is the MAPL logo. For audio/visual works there is an existing CRTC definition as well. Identifying what is Canadian content simply enhances discoverability of professional Canadian content. No one individual or agency will be measuring user-generated content for its “Canadianess”. Additionally, no legal content from any territory will be blocked, demoted, or not allowed to stand – rather, content from Canadian creators will be made more discoverable, exactly like it is with traditional radio and television broadcasters currently – a regulatory framework that has served Canadian creators and audiences successfully since the 1970s; all within the parameters of the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

And additionally, from the article:

“She [Ms. Harder] feels this special interest group, many of whom originate in Quebec in her opinion, are the real drivers behind Bill C10, and that’s why the Liberals, Bloc and NDP, which are all trying to gain votes in that province, are flirting with passing a bill, likely by this fall, which will certainly face a constitutional challenge as soon as it is given Royal Assent.”

That Quebec creators were the drivers behind Bill C-10 is simply false. The Songwriters Association of Canada and countless others who advocate on behalf of the creative sector have ALL worked and encouraged the government to draft legislation like C-10. In fact, the S.A.C. posted on June 7, 2021 a statement supporting Bill C-10 along with 30 other sectoral organizations from all parts of the country. Instead of “opinions” Ms. Harder should be sharing facts with the public regarding Bill C-10. Her deeply uninformed positions only serve to confuse the substantive issues at hand and threaten to further imperil the creator community – a community who has suffered profoundly from the pandemic. Considering that the entertainment industry is larger than mining, lumber and tourism combined, one would hope Ms. Harder would speak on these issues with a modicum of seriousness and informed by facts – rather than with strident electioneering.

We as small business owners and entrepreneurs share certain values – values that espouse hard work, independence, innovation, creativity, fair and accessible markets, and a regulatory framework that keeps markets competitive.  However, Ms. Harder’s position only serves to strengthen false-narratives from foreign-owned tech companies who continue to rake in fortunes, unregulated by our laws, dismissive of our parliamentreckless with our citizen’s data, and trampling creators’ copyright protections.

Considering Ms. Harder’s public derogation of the Canadian creative sector, The Songwriters Association of Canada must ask the Conservative Party of Canada for clarity. Are Ms. Harder’s views endorsed by party leadership? And if not Bill C-10, what is the CPC’s vision for a fair, transparent, and maneuverable regulatory system where Canadian creators can continue to contribute – both economically and culturally? We also ask the Liberal Government, the Bloc Québécois, and the NDP for public assurances that Big Tech’s disruptive tactics will not be prioritized over the economic and cultural sovereignty of creators, the creative sector, or Canadian citizens.

The Songwriters Association of Canada thanks you for your attention and we look forward to each of your responses.

Respectfully,

Arun Chaturvedi
President, Songwriters Association of Canada

With support from:

(French Version follows)

Re: Réponse des autrices aux commentaires de l’honorable Rachael Harder, MP

Le 4 juin 2021, le journal The Lethbridge Herald publiait certaines remarques de Mme Rachel Harder, députée de la circonscription de Lethbridge et critique de l’opposition officielle pour le Gouvernement numérique. Comme on pouvait s’y attendre, ces propos ont suscité la condamnation généralisée de la communauté canadienne des créateurs et des créatrices. L’Association des auteurs-compositeurs canadiens (S.A.C.) partage cette indignation et exige que Mme Harder présente publiquement ses excuses à la Chambre des communes, et plus spécifiquement à la communauté des créateurs.

Mme Harder déclare dans cet article :

« Ce financement pour les arts s’adresse effectivement à un très petit groupe de membres de la communauté artistique qui vivent encore comme dans les années 1990 parce qu’ils n’ont pas réussi à être concurrentiels sur les nouvelles plateformes. Ils comptent énormément sur les subventions gouvernementales pour continuer d’exister. Et, pour dire la vérité, ils produisent du matériel dont les Canadiens ne veulent tout simplement pas. Parce que, au bout du compte, si les Canadiens en voulaient, alors il y aurait un marché pour ce matériel. Et s’il y avait un marché pour ce matériel, ces artistes se feraient payer en fonction du marché. »

Si on suivait jusqu’au bout la logique grotesque de Mme Harder, il faudrait alors dire que les Canadiens préféreraient ne pas écouter Jann Arden, Corb Lund, Paul Brandt, K.D. Lang, Terri Clark, Brett Kissel, Blue Rodeo, The Tragically Hip, Drake, The Weeknd, Daniel Caesar, Metric, Feist, Broken Social Scene, Buffy Sainte-Marie, Jessie Reyez, Jully Black, Marie-Mai, Dumas, Kaytranada ni Tanya Tagaq, pour ne nommer que quelques artistes. Il est clair qu’il ne s’agit pas d’un « petit groupe ». Sans aucune exception, les règlements canadiens en matière de contenu ont encouragé, défendu et soutenu les incroyables contributions créatives que ces artistes et tellement d’autres ont apportées à notre identité culturelle comme Canadiens et Canadiennes, sans mentionner notre économie et le reste du monde.

On peut lire plus loin dans l’article :

« Les Libéraux ont décidé en avril dernier d’éliminer cette clause (4.1) », poursuit Mme Harder. « En éliminant cette clause, ils ont alors rendu les Canadiens, les contenus individuels qu’ils affichent en ligne, ils ont rendu ce contenu sujet aux réglementations du projet de loi. Ce qui veut dire que leur contenu sera censuré. Ce que vous affichez sur YouTube, ce que vous affichez sur Facebook, ce que vous affichez sur TikTok sera évalué en fonction de son degré de ‘canadienneté’. Et alors on lui permettra ou ne lui permettra pas de rester là, ou il sera promu ou rétrogradé, et ce, à l’intérieur du réseau ou du cadre de la plateforme sur laquelle il est affiché. »

Cela est tout à fait faux, et c’est une grossière représentation de l’esprit et de l’intention de la loi. Il existe déjà des mécanismes pour déterminer ce qui constitue un contenu canadien. Pour le secteur de la musique, c’est le logo MAPL. Pour les œuvres audiovisuelles, il existe déjà une definition du CRTC également. Le fait de pouvoir identifier le contenu canadien ne fait qu’améliorer la découvrabilité du contenu professionnel canadien.  Personne ni aucune agence ne mesurera le contenu généré par les utilisateurs  pour en déterminer la « canadienneté ». Qui plus est, aucun contenu légal d’aucun territoire ne sera bloqué, déchu ou éliminé – au contraire, le contenu des créateurs canadiens sera rendu davantage découvrable, et ce, exactement comme le font déjà la radio traditionnelle et les télédiffuseurs – un cadre de réglementation qui rend d’excellents services aux créateurs et aux publics canadiens depuis les années 1970; le tout en conformité avec la Charte canadienne des droits et libertés.

Autre passage de l’article :

« Elle [Mme Harder] pense que ce groupe d’intérêts spéciaux, dont plusieurs membres viennent du Québec, selon elle, est la véritable force derrière le Projet de loi C10, et que c’est pourquoi les Libéraux, le Bloc et le NPD, qui essaient tous de remporter des votes dans cette province, songent à faire adopter un projet de loi, probablement d’ici l’automne, qui fera certainement l’objet d’une contestation constitutionnelle dès qu’il aura reçu la sanction royale. »

C’est une erreur manifeste que de prétendre que ce sont les créateurs québécois qui ont été la force derrière le projet de loi C-10. L’Association des auteurs-compositeurs canadiens ainsi que d’innombrables autres personnes qui ont pris la défense du secteur de la création ont TOUS aidé à encourager le gouvernement à produire un projet de loi comme le C-10. En fait, la S.A.C. a publié le 7 juin dernier, un communiqué appuyant le projet de loi C-10 avec 30 organisations du secteur culturel de partout à travers le pays. Au lieu de partager des « opinions », Mme Harder ferait mieux de partager des faits avec le public concernant le projet de loi C-10. Ses positions profondément mal informées ne servent qu’à brouiller les questions de fond qui sont en jeu et à menacer de mettre encore plus gravement en péril la communauté des créateurs – une communauté qui a profondément souffert des effets de la pandémie. Si on considère que l’industrie du divertissement est plus importante que la somme des industries minière, forestière et touristique, on pourrait s’attendre à ce que Mme Harder aborde ces enjeux avec un minimum de sérieux et en se fondant sur les faits – au lieu de donner dans la propagande électorale.

Comme propriétaires de petites entreprises ou entrepreneurs, nous partageons un certain nombre de valeurs  – des valeurs comme le travail acharné, l’indépendance, l’innovation, la créativité, l’équité et l’accessibilité des marchés ainsi que le cadre de réglementation qui permet aux marchés de demeurer concurrentiels. La position de Mme Harder ne sert malheureusement qu’à renforcer de fausses représentations créées par des entreprises de technologie d’origine étrangère qui continuent de s’enrichir sans que nos lois n’interviennent , en cas d’outrage à notre parlementimprudents avec les données de nos citoyenset qui piétinent la protection du droit d’auteur des créateurs.

Compte tenu de cette déclaration publique de Mme Harder à l’encontre du secteur créatif canadien, l’Association des auteurs-compositeurs canadiens demande au Parti conservateur du Canada d’émettre une clarification. Les idées de Mme Harder sont-elles celles de la direction du parti?  Et, s’il ne s’agit pas du projet de loi C-10, quelle est la vision du PCC à l’égard d’un système de réglementation juste, transparent et souple qui soit capable de permettre aux créateurs canadiens de continuer d’apporter leurs contributions économiques et culturelles? Nous demandons également que le gouvernement libéral, le Bloc Québécois et le NPD rassurent le public que les manœuvres perturbatrices de Big Tech ne l’emporteront pas sur la souveraineté économique et culturelle des créateurs, sur le secteur de la création et sur les citoyens et citoyennes du Canada.

L’Association des auteurs-compositeurs canadiens vous remercie de l’attention que vous porterez à cette demande et attend impatiemment votre réponse.

Respectueusement,

Arun Chaturvedi
Président

Avec l’appui de:

Share this page:

Note: The Songwriters Association of Canada posts songwriter related news and events as a resource to members. Publishing these posts does not imply that the S.A.C. endorses the teacher, product, service, or company.

Related Posts